Poursuite des actions en faveur des éditeurs de logiciel

07/04/09 par La Rédaction 0

Syntec Logiciel 2012 : un plan triennal pour stimuler et consolider l’industrie du logiciel en France et en Europe

ParisLe comité éditeurs de Syntec informatique poursuit son action en faveur des éditeurs en lançant le plan Syntec logiciel 2012 baptisé « I4C », présenté le 25 mars dernier par Gérard Claverie et Pascal Rialland, Présidents de ce comité.
Ce plan prolonge les actions « Croissance Editeurs » initiées en 2006 pour favoriser la croissance des PME françaises du logiciel.
Bilan du plan Syntec Logiciel 2008 : des avancées concrètes.

En 2006, une première cartographie des éditeurs réalisée par Syntec informatique avec le concours d’IDC et du CXP avait révélé un marché très fragmenté entre les acteurs d’envergure international et les « gazelles du logiciel ». Cette étude avait mis en lumière les principaux obstacles au développement des PME du logiciel et permis d’identifier de bonnes pratiques. A partir de ces enseignements, le comité éditeurs avait bâti son action sur 4 axes majeurs :

  • Clients : accès au marché (public et privé) / Reconquête du marché national
  • Croissance : développement des hommes, des réseaux, de l’export
  • Consolidation : Pacte Croissance Editeurs
  • Créativité / Innovation : développer l’économie de la connaissance

Dans l’axe Clients, retenons la réflexion menée autour du Small Business Act à la française en collaboration avec le comité Richelieu, la rédaction d’un mémento avec le CIGREF pour améliorer les relations DSI – éditeurs et la publication, en partenariat avec Truffle et le CXP, du Truffle 100, un classement des Editeurs français et européens.

Le développement du capital humain a été un objectif important de l’axe Croissance, avec une première action pour le développement de formations par apprentissage concernant deux profils commerciaux (ingénieur commercial avant-vente et ingénieur commercial), la mise en place d’actions de formation collectives spécifiques en région Rhône-Alpes et la réalisation d’une étude sur les canaux de distribution, précisant le poids des marchés Direct et Indirect des éditeurs de logiciels et leurs besoins en termes d’emplois et de formation.

La cartographie de 2006 avait pointé la nécessaire Consolidation de certains fondamentaux de l’industrie du logiciel, avec le renforcement des financements et de la protection juridique des entreprises. Syntec informatique a mis en place en partenariat avec AON, un contrat d’assurance unique dédié aux éditeurs membres de Syntec informatique, offrant des garanties renforcées en matière de propriété intellectuelle et de protection des brevets.

L’Open Source a été le premier chantier ouvert en matière de Créativité / Innovation. Le groupe de travail Open Source a été à l’origine d’une étude de l’OPIIEC « Impact du logiciel libre en France » destinée à mieux comprendre le fonctionnement des différents business models et les enjeux économiques du logiciel libre face au logiciel propriétaire. Cette réflexion a fait l’objet d’une Prise de Position et se poursuit actuellement avec un groupe de travail sur les licences libres. Des recommandations ont été faites en matière de formation et Syntec informatique va mettre en place des actions de formation, en collaboration avec la Commission Paritaire Nationale pour l’Emploi.

Soulignons également l’organisation des deux Assises du Logiciel en 2006 et en 2007, qui ont réunit plus de 400 éditeurs dans le cadre du déploiement de ce plan, la réalisation d’une seconde cartographie et la concrétisation de plus de 400 rendez-vous business.

En 2009, Syntec informatique compte plus de 500 membres éditeurs, soit 50% de ses adhérents.
Syntec Logciel 2012 : des actions concrètes en matière de développement commercial, de formation, d’innovation, de consolidation

Ce plan comprend en 5 parties :

  • Innovation : développer l’économie des éditeurs
  • Clients : faciliter l’accès au marché au niveau national et international
  • Croissance : développer les talents des hommes et la valorisation du Système d’Information
  • Consolidation : renforcer les fondamentaux des éditeurs
  • Communication : diffuser les bonnes pratiques.
Plan Comité Editeurs SL12 I4C

L’axe Innovation, la pierre angulaire de ce plan 2012 : de la R&D à la mise sur le marché,

Comme le souligne Eric Besson dans son rapport : « L’économie du Numérique est une réponse au ralentissement de la croissance ». « La vitalité du secteur du logiciel peut faire levier sur tous les pans de l’économie numérique, et par contrecoup sur l’économie tout entière ».

Cette « réponse », et cette « vitalité » soulignées par Eric Besson passent nécessairement par le développement de l’Innovation.

Ainsi, Syntec informatique souhaite faire évoluer l’assiette du Crédit Impôt Recherche (CIR) pour le transformer en Crédit Impôt Innovation (CII) et imposer les SOFICIEL au même titre que les SOFICA qui existent pour le cinéma.
Au-delà de ces actions vers les pouvoirs publics, l’innovation requiert plus d’interactions avec les acteurs de l’écosystème.

  • Poursuivre l’action collective menée en faveur d’une politique européenne en faveur du logiciel.
  • En interne au sein du Syntec informatique, avec un suivi de l’innovation dans les usages et le contenu en synergie avec les Comités Embarqué, Mobilité Data et les acteurs de l’Open Source membres de Syntec informatique.
  • En externe avec les Centres de recherche et les pôles de compétitivité. Des échanges sont en cours avec le pôle System@tic.

Toujours dans le domaine de l’innovation, un inventaire des différents modèles économiques qui existent dans l’industrie du logiciel sera dressé (Open Source, SaaS, droit d’usage…)

L’axe Clients a pour objectif d’aider les adhérents de la chambre professionnelle pour ce qui concerne l’accès au marché au niveau national et international. Ce travail mené avec la Commission PME de Syntec informatique doit permettre une meilleure collaboration avec l’organisation « Pacte PME » qui facilite l’accès des PME aux grands donneurs d’ordres privés et publics.

Pour l’international, des actions sont engagées avec Ubifrance, l’agence française pour le développement international. Ce développement à l’export est vital pour assurer la pérennité des éditeurs français.

L’axe croissance : Syntec informatique poursuit son action en faveur du développement des talents par le suivi des besoins en compétences des entreprises et la mise en place de formations appropriées des hommes, en synergie avec la Commission Social, Emploi & Formation. Une collaboration efficace existe avec la Commission Paritaire Nationale pour l’Emploi, l’OPIIEC et le FAFIEC.

L’accent est mis sur l’importance du capital humain avec un renforcement des relations avec l’association Pasc@line. Créée à l’initiative de Syntec informatique, Pasc@line regroupe 66 écoles et entreprises autour de la promotion des métiers de l’informatique.

Enfin, le comité éditeurs vient de lancer une mission visant à démontrer la part de Goodwill qui revient au Système d’Information chez les clients. Un rapprochement avec l’Observatoire de l’Immatériel a été initié dans ce sens.

L’axe consolidation : aider les adhérents de Syntec informatique à renforcer leurs fondamentaux (fonds propres et propriété intellectuelle).

Des actions concrètes ont été lancées pour sélectionner des sociétés de factoring et de leasing pour mettre en place des contrats cadres réservés aux adhérents, pour faciliter le recouvrements des factures clients et mettre en place de solutions de financement pour la vente de nos logiciels.

Syntec informatique va continuer à promouvoir les contrats d’assurance spécifiques Syntec informatique Assurance, en matière de protection des dirigeants des entreprises et des brevets.

Enfin Syntec informatique s’attachera à communiquer largement auprès des éditeurs sur les services, événements, études, formations… dont ils peuvent bénéficier dans le cadre de ce plan.

La contribution des ateliers composés d’adhérents de Syntec informatique sur ces sujets permettra d’alimenter le déploiement du plan au cours du deuxième semestre 2009. Tous ces programmes feront l’objet d’indicateurs de progrès publiés régulièrement..

« Syntec informatique, qui compte 500 éditeurs représentant 70% du marché parmi ses adhérents, s’est fortement mobilisé depuis 2006 pour soutenir l’industrie du logiciel. Malgré son importance économique, cette industrie peine à se développer en France. Avec le Plan Syntec Logiciel 2012 – qui succède à Syntec Logiciel 2008 – nous répondons de façon concrète et pragmatique aux problématiques de développement des éditeurs avec 4 axes de travail : l’innovation – de la R&D à la mise sur le marché -, l’accès aux marchés en France et à l’international, la formation et la consolidation en matière de financement et de propriété intellectuelle. Nous devons nous maintenir notre effort, en France comme en Europe, pour faire émerger une industrie puissante, innovante et compétitive, créatrice de valeur et d’emploi. Investir dans le logiciel, c’est préparer l’avenir.»

Pascal Rialland & Gérard Claverie, Co-Présidents du Comité Editeurs.

Contact presse : Carole HUYVENAAR 01 44 30 49 71 – 06 78 31 09 34 chuyvenaar@syntec-informatique.fr

A propos de Syntec informatique

Chambre Professionnelle des Sociétés de conseil et de services informatiques, des Éditeurs de Logiciels et des sociétés de Conseil en Technologies, représente près de 1000 groupes et sociétés membres, soit 80% du chiffre d’affaires et des effectifs de la profession.
Présidé depuis juin 2003 par Jean Mounet, Syntec informatique contribue au développement des Technologies de l’Information et de la Communication et de leurs usages, assure la promotion des entreprises des Logiciels & Services et la défense des intérêts collectifs professionnels.

Syntec informatique, observateur et analyste privilégié du secteur des Logiciels & Services, informe l’ensemble de l’écosystème des TIC des chiffres et tendances de la profession et représente le secteur auprès de différents organismes et des pouvoirs publics. www.syntec-informatique.fr

ZOOM sur…

1. L’étude OPIIEC « Impact du logiciel libre en France »
2. Actions collectives de formation en Rhône-Alpes
3. Trophées de l’excellence Logicielle
4. Trophées de l’Innovation
5. Assises de l’Embarqué et Trophées de l’Embarqué
6. Offres Syntec informatique Assurance

1- L’étude OPIIEC « Impact du logiciel libre en France »

Résultats de l’étude OPIIEC « Impact du logiciel libre en France » : investir dans la formation pour optimiser les apports du logiciel libre
Le logiciel libre représente aujourd’hui 3,6 % de la demande en Logiciels et Services en France et devrait atteindre 10% du marché dans 4 ans.
Cette activité, qui participe à l’évolution de l’informatique et de ses acteurs, contribue à renforcer la compétitivité de la France en matière de développement de logiciel.
Cependant l’impact positif du logiciel libre sur le marché est très étroitement lié à la qualité de la formation.
Les résultats de l’étude OPIIEC « Impact du logiciel libre en France » ont permis de dégager 7 recommandations qui vont se traduire par des actions de formation et de gestion des compétences.
Forte croissance du logiciel libre – Généralisation d’un modèle libre / propriétaire

Initiée en 2008 par l’OPIIEC, Observatoire Paritaire des Métiers de l’Informatique, de l’Ingénierie, des Etudes et du Conseil, et réalisée par Pierre Audoin Conseil (PAC), l’étude « Impact du logiciel libre en France » fait le point sur les implications économiques et humaines du logiciel libre. Décideurs informatiques, développeurs et chef de projets, dirigeants de SSLL (Sociétés Spécialisées en Logiciel Libre), SSII, éditeurs de logiciels, responsables d’associations, de pôles de compétitivité et influenceurs ont été interrogés dans le cadre de cette étude.

Le marché français présente une appétence particulière pour le logiciel libre qui représente 3,6% de la demande en logiciels et services (soit 1105 millions d’euros). Ce marché devrait croître de façon significative dans les 4 à 5 prochaines années, pour atteindre 10% de la dépense en logiciels et services.

La demande est actuellement très forte dans les administrations et dans la haute technologie (systèmes embarqués, temps réel…). Les autres secteurs économiques tendent à rattraper leur retard mais la stabilisation du ou des modèles économiques du logiciel libre s’avèrent nécessaires.

Couplée avec l’industrialisation du marché, la croissance du logiciel libre est un des facteurs de changement pour le marché français des logiciels et services. Aujourd’hui, le logiciel libre entre largement dans l’architecture des systèmes d’information (54% des directeurs ou responsables des systèmes d’information utilisent aujourd’hui des composants libres dans leur système d’information) et l’approche mixte / libre / propriétaire à tendance à se généraliser.

Compétences et développement du logiciel libre
Si 78% des développeurs interrogés utilisent du logiciel libre dans leur entreprise, 56% d’entre eux estiment que les compétences informatiques requises pour le logiciel libre diffèrent de celles du monde propriétaire.

La France a fait partie des pionniers en matière de développement open source, avec une génération d’informaticiens largement formée au logiciel libre entre 2000 et 2005. Pour que les entreprises françaises conservent leur avance sur ce marché, il est important de mettre l’accent sur la formation initiale, à trois niveaux :

  • Les techniciens du libre (Bac à Bac +2/3), emplois locaux.
  • Les ingénieurs du libre (Bac +5), qui sont la cheville ouvrière des grands projets et programmes,
  • Les chercheurs du libre (Bac +5 et plus), capables d’être les décideurs au sein des communautés (« core developers »), ils sont aussi très demandés dans les entreprises spécialisées dans le libre.

Recommandations validées par la Commission Paritaire de l’OPIIEC
L’OPIIEC a validé les différentes recommandations émises par PAC.

  • Investir dans la formation initiale : Des investissements sont nécessaires car il manque de professeurs pour former des informaticiens de haut niveau capables de faire de la R&D, qui est une activité à forte valeur ajoutée. Dans cette optique, le logiciel libre est important car il permet une bonne compréhension du fonctionnement d’un logiciel et d’un système informatique, puisqu’on a accès à toutes les parties du logiciel ou du système.
  • Structurer le logiciel libre : Pour apporter plus de valeur aux entreprises françaises, le logiciel libre en France doit se structurer. L’apport de valeur aux entreprises doit être clairement l’objectif principal de ces formations. En matière de formation initiale, un focus pourrait être fait sur les organismes dispensant des formations (prenant en compte le logiciel libre) accessibles en contrat de professionnalisation.
  • Conserver l’influence française dans le logiciel libre : les profils experts : Il faut pousser à la formation de ces fameux « core developpers » et « committers », ces architectes qui gèrent les projets libres, qui font de la veille de haut niveau, allouent les compétences, valident les choix, le tout dans un environnement très distribué. Ils influent fortement sur les communautés et permettent donc aux besoins des entreprises françaises d’être mieux pris en compte et ainsi d’améliorer leur compétitivité. Ce type de formation peut être développé en association avec les universités qui ont déjà des cycles de formation sur le sujet.
  • Cultiver l’ouverture : les profils intégrateurs : Les entreprises ont besoin de compétences sur des systèmes mixant logiciel libre et propriétaire et capable d’intégrer ses systèmes selon les besoins métiers des utilisateurs. Des formations courtes et complémentaires permettraient aux deux mondes de mieux se comprendre. Ces formations sont plus axées sur les environnements respectifs que sur la technique. Ces formations, plus légères, peuvent être réalisées dans tous types d’instituts
  • Améliorer la gestion de projet : Les formations en gestion de projets informatiques permettent de mieux utiliser le potentiel du logiciel libre, mais aussi de mieux l’intégrer au reste du système d’information, aux logiciels propriétaires.
  • Valoriser l’expérience : Il y a beaucoup d’autodidactes et de techniciens compétents en logiciel libre ; de nombreux informaticiens dépassant la quarantaine voient leur valeur sur le marché baisser, mais ils ont une expérience précieuse pour les projets en logiciel libre. Les VAE et les périodes de professionnalisation seraient un très bon moyen de qualification pour ces populations et donc pour faire face à la pénurie de compétences.
  • Mettre en place des Actions collectives de formation :
    • Formation à l’écosystème (différents acteurs), aux cycles économiques et « business models » de l’open source, dans une perspective d’apport de valeur,
    • Formation « Pratique du droit à titre accessoire » concernant les différents types de licences de logiciels et les connaissances en propriété intellectuelle, en lien avec l’open source,
    • Formation en gestion de projets informatiques mixant logiciel libre et logiciel propriétaire (outils, méthodologies : par exemple, pour évaluer le coût final d’un projet),
    • Formation sur les aspects collaboratifs : entre SSII et spécialistes du logiciel libre; dans les communautés open source.

Sur la base de ces recommandations, le Département Social Emploi et Formation va mettre en place, en collaboration avec la Commission Paritaire Nationale de l’Emploi, des actions de
Par ailleurs, le comité Editeurs de Syntec informatique (éditeurs « Open Source » et éditeurs « Propriétaires ») a lancé dans le cadre du Plan éditeurs SL12 un certains nombre de travaux sur les principaux business models de l’Edition de Logiciel ( tant de développement que de distribution ) : Licences, SAAS , Open source et hybrides.

Contacts Formation : Syntec informatique : Cécile Cochard – ccochard@syntec-informatique.fr

2- Actions collectives de formation en Rhône-Alpes
2009-2011 : Syntec informatique donne une nouvelle impulsion à la formation professionnelle dans les métiers de l’informatique. Grâce au renforcement de son animation régionale, le Département Social Emploi et Formation de la chambre professionnelle est en mesure d’identifier et de répondre aux besoins territoriaux de ses entreprises, pour initier des actions collectives spécifiques. La mise en place de trois actions collectives de formation en région Rhône-Alpes pour les éditeurs de logiciels démontre ce dynamisme.
Lire le Communiqué de Presse

3- Trophées de l’excellence Logicielle
Le 25 mars dernier, Syntec informatique a soutenu la première édition des Trophées de l’Excellence Logicielle. Lancée par IDC et pour action!, cette première édition des Trophées de l’Excellence Logicielle a pour but de promouvoir les best practices de l’innovation et de sa mise en œuvre au profit des PME-PMI françaises.

4- Trophées de l’Innovation
Orange Business Services et Syntec informatique organisent la 5ème édition des Trophées de l’innovation 2009, en partenariat avec La Tribune. Ce concours récompense les réalisations innovantes des entreprises du secteur Logiciels et Services, en termes de nouveaux usages, applications et solutions de communication d’entreprise.
www.trophees-innovation.com

5- Assises de l’Embarqué et Trophées de l’Embarqué
Syntec informatique et BITKOM organisent le mardi 9 juin 2009 au Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi les deuxièmes Assises franco-allemande de l’Embarqué en partenariat avec la Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS). Lors de cette journée, se déroulera la cérémonie de remise de la 2ème édition des Trophées de l’Embarqué qui décernera 5 trophées aux entreprises qui ont développées et mis en œuvre un ou plusieurs Systèmes Embarqués comportant une composante logicielle prépondérante et particulièrement innovante.
www.embedded-symposium.eu

6- Offres Syntec informatique Assurance :
est une association qui émane de Syntec Informatique afin de veiller à ce que les contrats d’assurance proposés aux membres (TPE, PME ou grands comptes) soient :

  • adaptés aux spécificités du secteur ;
  • compétitifs en terme de prix ;
  • pérennes (les conditions sont réétudiées
  • chaque année en Assemblée Générale) ;
  • confiés à des fournisseurs qui s’engagent sur la qualité de service apportée aux adhérents. Son conseil d’administration est représentatif de tous les métiers et toutes tailles d’adhérents de Syntec informatique.

Des offres spécifiques ont été conçues et dédiés aux éditeurs membres de Syntec informatique :

Tags:

Leave a Reply