Soccer team in a huddle

« Connected worker » : l’IoT permet l’arrivée des ouvriers augmentés

02/01/17 par Frédéric Puche 34

Ce n’est pas nouveau, SAP investit beaucoup dans l’internet des objets. Il permet, sous ses différentes formes, de réaliser de la maintenance prédictive, d’apporter plus d’informations à l’entreprise, de l’aide pour mieux servir ses clients. Mais il existe une autre étape pour l’industrie : celle du travailleur connecté. Capable de travailler mieux, et plus vite. Avec la modernisation des usines et le développement de l’industrie du futur, le lieu de travail devient une mine d’informations qui remontent des machines, de capteurs, qui proviennent des modèles 3D de conception… Et quel meilleur hub pour ces informations que le travailleur lui-même ?

Pour centraliser toutes ces données sous une forme utile au technicien, il faut un casque connecté. SAP travaille actuellement sur le sujet avec la pépite allemande Ivii, spin-off de Knapp. Knapp a plus d’un millier de techniciens qui sont appelés à intervenir dans le monde entier, et l’entreprise s’est rendue compte qu’une solution de support à distance était l’outil idéal pour améliorer ses opérations et réduire ses coûts.

 

Un casque de protection vraiment intelligent

Knapp l’a ainsi industrialisé sous la forme d’un casque de protection intelligent, équipé d’une caméra vidéo haute résolution et d’un écran qui affiche des informations sur l’un des deux yeux. Le casque compresse la vidéo pour la transmettre à distance, ce qui permet à un expert hors site d’accompagner le technicien à l’oral, comme via une visioconférence. Il peut même lui partager des documents techniques. Pour des situations complexes qui nécessitent l’intervention de deux ou trois spécialistes, l’équipement représente un gain de temps, d’énergie et d’argent incomparable. Le casque est robuste et conçu pour un environnement industriel, et possède 15 heures d’autonomie grâce au gilet de 2,2 kg qui l’accompagne.

A terme, ces casques évolueront vers de la réalité augmentée, qui permettra de superposer des éléments 3D sur l’environnement réel, fusionnant le physique et le numérique et tirant pleinement parti des informations envoyées en temps réel tous les objets connectés. Ils s’appuieront bien évidemment sur le cloud, mais aussi sur de l’informatique embarquée. SAP travaille notamment avec Intel et Dell sur ces sujets.

 

Un ouvrier connecté pour diminuer la pénibilité et éviter les accidents

Le casque et cette interface informatique du futur n’est d’ailleurs pas la seule composante de l’ouvrier augmenté. Il portera lui-même des capteurs qui renseigneront sur son état de santé en permanence : mouvements, battements cardiaques, exposition à certains gaz nocifs ou aux radiations… L’objectif n’est évidemment pas de traquer ses moindres faits et gestes, mais de s’assurer qu’il va bien et d’intervenir au plus vite en cas d’incident. De la même manière, il pourra lui-même être prévenu, par exemple par des vibrations dans ses chaussures lui indiquant qu’il se trouve près d’une fuite de monoxyde de carbone.

Outre la meilleure prévention des accidents, cette démarche pourrait être utilisée pour comprendre comment les gens se déplacent et les charges qu’ils portent, afin par exemple de d’optimiser une ligne de production pour éviter les allers et retours inutiles.

Edge Computing ? Edge analytics ?

Aujourd’hui certains objets connectés deviennent de plus en plus intelligents et autonomes, embarquent un processeur, du stockage, des capacités multi-réseaux de connexion, des capacités de batterie. Les nouvelles tendances de l’IoT consistent à déporter de l’intelligence et du traitement en local au niveau du capteur, ou au niveau du concentrateur passerelle.

Le concept de « edge computing » et de « edge analytics » gagne donc du terrain. Plutôt que de concevoir des systèmes centralisés dans lesquels les données sont renvoyées pour y être traitées, la capacité de « edge analytics » consiste à effectuer tout le traitement au sommet du système. Ainsi, l’entreprise peut faire tourner un modèle prédictif temps réel en local de façon à calculer une probabilité d’incident, déclencher des actions en local en utilisant un moteur de règles décentralisé (par exemple déclencher des vibrations, des alertes sur une tablette, un smartphone, un autre objet connecté, une autre machine).

Dans certains cas, le « edge analytics » permet de réduire le flux de données transitant et déclencher au plus vite des actions. En effet, dans la mesure où l’analyse des données est faite directement au sein du système qui les collecte (le ‘connected worker’ par exemple), il devient inutile de les faire transiter par le réseau.

Pour vivre l’une des démos de l’ouvrier connecté et réfléchir comment valoriser l’utilisation de tels scénarios utilisant l’IoT au sein de votre entreprise, rendez-vous au centre d’innovation SAP : www.sap.com/france/ebc

À Propos : Fred Puche | Innovation Center Director | SAP France 

innovation director

 

 

twitter sap france
linkedin sap france

 

 

 

 

 

 

Tags: , , , , ,

Leave a Reply