Soccer team in a huddle

Intelligence artificielle : « Rage against the Machine ? » Non, pas contre, avec !

28/06/17 par Emmanuelle Brun Neckebrock 2

En 2014, une société de capital-risque japonaise est devenue la première entreprise de l’histoire à nommer un robot à son Conseil d’Administration. Le robot a obtenu le poste parce que son Intelligence Artificielle (IA) lui permet de prédire les tendances du marché plus rapidement que les humains. A terme, et au même titre que les autres membres du Conseil, il prendra part aux décisions financières de la société. Dans un autre genre, l’Associated Press utilise quant à elle l’IA de 4 000 ordinateurs pour produire des articles sur les résultats financiers des sociétés. Le système réagit aux données brutes pour rédiger, et à la lecture, personne ne saurait soupçonner que c’est la machine qui a œuvré. Ces deux exemples suffisent à faire frémir tous ceux qui se demandent jusqu’où la machine va nous remplacer ?

 

Cependant, pas de panique, un scénario catastrophe n’est pas à l’ordre du jour, tant que l’on utilise le Machine Learning (ML) et l’Intelligence Artificielle a bon escient, c’est-à-dire comme des outils dont l’utilisation permet d’augmenter l’efficacité des tâches répétitives, en proposant de nouvelles alternatives à leur réalisation, ou en contribuant à trouver de meilleurs processus et procédures pour satisfaire aux objectifs finaux.

 

Par exemple, les machines savent déjà identifier, dans une multitude de CVs soumis, les compétences requises recherchées, ou bien réconcilier plus rapidement que l’homme, commandes et factures, et ce de manière avertie !

 

Chez SAP nous utilisons le potentiel de ces technologies pour aider à intégrer produits, actifs, infrastructures et personnes connectés, ce qui a un impact direct sur certaines fonctions et nécessite de se pencher sur l’évolution des rôles et des compétences de nos collaborateurs. La technologie réussira toujours à trouver sa voie et nous rendra sans doute plus efficaces, les leaders devront quant à eux développer et adapter les compétences de leurs collaborateurs dans le contexte de ce nouvel environnement augmenté.

 

Et nous en sommes justement là au sein de SAP, nous avons réalisé une cartographie des postes et tenté d’identifier ceux qui présentent le plus de risque d’être touchés par la mise en place de systèmes automatisés. Et c’est dans ce contexte que nous nous posons la question des mesures que nous devons prendre dès à présent en termes de développement des personnes.

 

En collaboration avec l’ESSEC, nous mettons en place une initiative structurée, qui s’articule autour de trois piliers – la formation, les objectifs personnels et l’élargissement des compétences, et qui est conçue afin de faciliter l’émergence de nouveaux rôles transverses dans des environnements où ML et IA seront omniprésents

 

Une étude récente réalisée par SAP France et le Boson Project montrait que 50 % des compétences actuelles seraient obsolètes d’ici deux ans et que 60 % des emplois pour lesquels nous seront recrutés en 2030 n’existent pas encore. Un tel constat représente certes une opportunité mais aussi une certaine responsabilité.

 

En qualité de CFO, mon objectif, à travers ce genre d’initiative, est bien de contribuer à réduire les craintes et de permettre à nos collaborateurs d’embrasser pleinement ce nouvel univers en s’affranchissant de tout ce qui peut être automatisé et  en développant leurs compétences. En 18 ans chez SAP, jamais à la formation et le développement des compétences n’ont été placés à un aussi niveau de priorité .

 

Il se dégage de l’Intelligence Artificielle un tel potentiel qu’il devient difficile d’imaginer l’avenir sans elle. Bien sûr, nous rencontrerons des difficultés mais je reste persuadée que les conséquences sur les entreprises et sur la société en général seront positives et immenses. Le principe même de l’IA est sa capacité à continuellement apprendre des données qu’elle collecte. Nous devons individuellement et collectivement faire la même chose… Pour de nouveaux champs des possibles… A suivre…

Suivez Emmanuelle Brun Neckebrock, CFO chez SAP France sur Twitter & LinkedIn 

 

Pour aller plus loin : revivez la keynote de Laurent Alexandre sur l’Intelligence Artificielle lors du forum SAP Demain Le Monde

 

En savoir plus sur les solutions de Machine Learning de SAP

 

Leave a Reply