Industrie 4.0 : de l’évolution de la technologie à la révolution des modèles d’entreprise

Industrie 4.0 est un terme couramment utilisé dans le monde des affaires.  Pour certains, il s’agit d’une tendance informatique majeure, pour d’autres d’une priorité absolue. Dans la pratique, cependant, il n’existe pas de définition largement acceptée de ce que signifie exactement le concept d’Industrie 4.0. “Cela incite les entreprises à lui donner leur propre interprétation“, déclare Alexander Naessens, responsable du programme clé “Supply Chain of the Future” chez consultant delaware.

Voor de Nederlandse versie, klik hier.

Pour delaware, l’industrie 4.0 va au-delà de l’automatisation et de la numérisation; elle doit conduire à des produits différents et à une approche différente.  C’est un changement qui doit être effectué au niveau stratégique. De cette façon, il ne s’agit pas seulement de l’introduction d’une nouvelle technologie, mais de véritables nouveaux modèles commerciaux peuvent émerger.

Lors d’une table ronde avec Barco, Vandemoortele et Alpro, trois tendances clés ont été discutées qui pourraient donner l’impulsion.

La tendance à lier de plus en plus de services aux produits – la “servitisation” – est utilisée depuis un certain temps chez Barco. Pensez à proposer des contrats de maintenance ou des progiciels spécialisés avec les projecteurs.  L’industrie 4.0 n’est pas non plus un concept étrange dans le secteur alimentaire. Par exemple, le scan d’un code sur les produits Alpro permet aux consommateurs de connaître l’origine des ingrédients.

Une deuxième tendance abordée autour de la table est l’adaptation des produits aux besoins et aux souhaits des clients – la “personnalisation de masse” – qui est parfaitement possible grâce à l’industrie 4.0. Elle exige une production flexible. Dans l’industrie alimentaire, cela se traduit, par exemple, par la production de lots plus petits et la possibilité d’adapter les étiquettes plus rapidement et plus facilement. Chez Barco, cela entraîne une conception différente des produits. Avant, un projecteur était capable de tout faire tout de suite. Il existe maintenant un modèle de base qui peut être étendu avec un logiciel supplémentaire pour projeter en 3D, par exemple.

Les clients et les fournisseurs échangent de plus en plus de données, ce qui permet à la chaîne d’être plus à l’écoute les uns des autres. Vandemoortele met également en pratique cette dernière tendance et pratique “l’excellence opérationnelle” en se concentrant sur la collecte et l’échange de données. Cependant, l’adoption d’une certaine forme de normalisation semble être de mise ici.

Il est évident que l’industrie 4.0 est une affaire de technologie.  Mais il y a plus. Il existe un autre élément indispensable : l’élément humain. L’adhésion des employés est essentielle à la réussite de l’industrie 4.0.  Les entreprises doivent donc investir dans une culture numérique.

Cela semble se produire en abondance. Chez Alpro, par exemple, on étudie comment la technologie peut faciliter le travail. Pensez, par exemple, aux lunettes intelligentes qui permettent aux opérateurs de savoir quelles tâches ont déjà été effectuées. Chez Vandemoortele, le “vision picking” est utilisé pour contrôler les personnes dans les entrepôts sur la base de stimuli visuels. Barco a mis en place un système ascendant dans lequel ce sont les opérateurs qui conseillent les ingénieurs sur leurs conceptions. De même, au moins une idée de la boîte à idées de Barco est discutée chaque mois jusqu’au niveau du conseil d’administration.

Ces exemples nécessitent un bon cadrage : on attend beaucoup des employés. Après tout, l’industrie 4.0 leur confère un pouvoir de décision. Il est donc nécessaire d’investir dans l’éducation et la formation. En outre, les changements majeurs peuvent se heurter à une résistance interne. Après tout, on craint souvent que les changements soient mis en œuvre pour remplacer les gens. Une communication transparente permet d’éliminer ces idées fausses.

Les entreprises des secteurs les plus divers sont confrontées aux mêmes défis.  La pandémie de corona, une pénurie de main-d’œuvre, l’évolution du comportement des consommateurs et des chaînes d’approvisionnement qui sont dans un désordre mondial.  Pour Alex Van Breedam, professeur de logistique à UAntwerpen, un énorme défi logistique nous attend. Le modèle actuel n’est pas viable et de nouvelles solutions sont nécessaires. Cela conduit souvent à l’industrie 4.0.

Les entreprises doivent adopter l’industrie 4.0, les nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle, le big data et l’Internet des objets (IoT) qui devraient façonner l’entreprise du futur.

De nombreuses entreprises y travaillent déjà de manière efficace, avec de nombreux investissements dans l’industrie 4.0.  Toutefois, cela ne donne pas toujours les résultats escomptés, conclut Alexander Naessens. “Nous devons passer d’une évolution à une révolution“.

Ce blog est basé sur le livre blanc « Industrie 4.0 : de l’évolution de la technologie à la révolution des modèles d’entreprise ». Cliquez-ici pour le découvrir.

Participants à cette table ronde Digital Voices :

Nico Van Herzeele, IT director – Barco

Benoit Dewaele, CIO – Vandemoortele

Peter Decroos, Planning Process & Tools Manager – Alpro

Modérateur: Alexander Naessens, Key Program Lead Supply Chain of the Future – delaware