Une étude SAP et Harris Interactive montre que l’Allemagne, le Brésil, la Chine et l’Inde sont les pays les plus enclins à exploiter les technologies M2M pour développer des villes plus connectées et plus intelligentes

03/05/13 par La Rédaction 0

Une meilleure visibilité métiers, une efficacité accrue, plus de productivité, de collaboration et de mobilité ; ce sont les principaux bénéfices et les grandes opportunités offertes par le M2M.

Les entreprises qui tarderont à déployer les technologies M2M doivent s’attendre à prendre du retard sur leurs concurrents.

ParisLe M2M (ou Machine to machine, pour communications embarquées entre matériels) s’avère être à la source de transformations aussi importantes que les innovations technologiques nées avec le début de l’ère Internet. Les résultats, dévoilés aujourd’hui, d’une étude conduite par Harris Interactive pour SAP AG (NYSE: SAP), montrent que près de 30 % des décideurs IT estiment que les villes intelligentes constitueraient le résultat le plus bénéfique du déploiement des technologies M2M avec, notamment, des villes hautement intelligentes capables de collecter et d’analyser d’importants volumes de données issues d’équipements connectés intelligents et de l’activité des citoyens sur les réseaux sociaux, en temps réel, pour améliorer considérablement la vie urbaine. En outre, une nette majorité des participants à l’étude estime que le M2M fournira aux entreprises et à leurs collaborateurs une visibilité métiers approfondie, avec notamment la capacité de répondre à des événements survenus dans le monde physique ainsi qu’une plus grande efficacité, une productivité et une collaboration renforcées. La possibilité d’augmenter la mobilité des effectifs a également été identifiée comme l’une des grandes opportunités du M2M dans un environnement professionnel.

Comme pour le Bring-your-own-device (BYOD, ou AVEC, pour “apportez votre équipement personnel de communication”), les consommateurs constituent un moteur clé pour les initiatives M2M. En matière de BYOD, la Chine est apparue comme le pays précurseur avec 56 % des décideurs IT qui indiquent que leur entreprise a mis en place une politique BYOD et qu’elle fournit des applications de productivité pour une ou plusieurs plateformes mobiles. Les résultats de l’étude indiquent que la plupart des décideurs IT des six pays concernés appréhendent le M2M comme la suite naturelle de la “consumérisation de l’IT”, à 92 % et 90 % respectivement, pour l’Inde et la Chine. Une analyse partagée par les décideurs IT en Allemagne, au Brésil, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, avec une moyenne globale de 81 % d’entre eux.

« Le nombre d’objets connectés à Internet devrait atteindre 50 milliards à l’horizon 2020 1 et les consommateurs jouent un rôle central dans cette transformation », explique Sanjay Poonen, Président de la division Solutions technologiques et Mobilité de SAP. « Aujourd’hui, les technologies de M2M sont principalement utilisées pour collecter d’importants volumes de données produites par des machines. ‘L’Internet des objets’ franchit une étape supplémentaire avec l’intégration de données issues de machines, de PGI, de systèmes de GRC, de réseaux sociaux et plus encore, en temps réel, pour permettre aux êtres humains d’interagir intelligemment avec des équipements, et ceux-ci avec d’autres humains en une collaboration sociale ultime de l’homme et de la machine. Cette vision requiert une infrastructure technologique capable de gérer le Big Data, des fonctions analytiques et de mobilité dans le Cloud, en toute sécurité – une chose que SAP est exceptionnellement bien placé pour fournir ».
Au-delà des bénéfices pour les consommateurs ou les entreprises, de nombreux participants des six pays concernés par l’étude estiment que l’apport du M2M le plus intéressant concernerait les villes intelligentes ; c’est ce que pensent 35 % des sondés au Brésil, 35 % en Chine, 30 % en Allemagne, 27 % en Inde, 21 % au Royaume-Uni, et 25 % aux Etats-Unis.

« Notre vision d’une société en réseau, où tout ce qui est susceptible de profiter du fait d’être connecté sera connecté, s’appuie sur nos plateformes mondiales de communications M2M », explique Douglas Gilstrap, Vice-Président senior et Directeur Stratégie d’Ericsson. « Cela conduira à l’émergence de modèles commerciaux innovants profitant de distributeurs automatiques connectés, d’automobiles connectées, mais également de domiciles et de villes connectés. Les importants volumes de données générés pourront être transformés en études approfondies mises au service de prises de décisions en temps réel. Des entreprises telles que SAP et Ericsson unissent activement leurs forces pour renforcer les interactions entre villes, municipalités, entreprises, institutions, associations, et citoyens. A terme, ces efforts conduiront une amélioration du bien-être général et dynamiseront les économies ».

Une conscience partagée de la puissance du M2M

Les participants à l’étude des six pays concernés ont exprimé une forte conviction du fait que le M2M représente une étape naturelle de l’évolution technologique et se sont largement accordés sur le besoin d’une plus large adoption du M2M et sur les bénéfices qu’il est possible d’en retirer. De fait, une moyenne de 70 % des décideurs IT des six pays étudiés estime que les entreprises qui échoueront à déployer les technologies de M2M prendront du retard sur leurs concurrents. Une opinion probablement due au fait que les décideurs IT des pays étudiés perçoivent les bénéfices tangibles du M2M :

  • Fournir aux entreprises une visibilité accrue sur leurs activités : Chine (96 % des sondés), Inde (88 %), Brésil (86 %), Allemagne (79 %), Etats-Unis (74 %) et Royaume-Uni (61 %)
  • Permettre aux entreprises de répondre à des événements du monde physique : Chine (92 % des sondés), Inde (86 %), Brésil (82 %), Allemagne (82 %), Etats-Unis (78 %) et Royaume-Uni (73 %)

Les personnes sondées estiment en outre que les plus importantes opportunités du M2M dans l’environnement de travail sont les suivantes :

  • Le renforcement de l’efficacité est mentionné en priorité au Brésil (54 %), au Royaume-Uni (53 %), et aux Etats-Unis (49 %) ;
  • Les gains de productivité des employés arrivent en première position en Chine (69 %) – qui se place significativement devant les autres pays étudiés sur ce point ;
  • Une meilleure collaboration des employés est attendue en priorité en Allemagne (63 %) ;
  • Une plus forte mobilité des effectifs est anticipée en Inde (65 %).

Les freins au développement du M2M

Mais la concrétisation des opportunités et des bénéfices du M2M se heurte, selon une impressionnante majorité des sondés des six pays étudiés à au moins un obstacle. Les décideurs IT de tous les pays – à l’exception de la Chine – s’attendent à être confrontés à une pénurie des compétences nécessaires pour gérer l’adoption et la sécurisation du M2M. C’est le cas en Inde (66 % des sondés), au Brésil (62 %), aux Etats-Unis (57 %), en Allemagne (56 %) et au Royaume-Uni (50 %). En Chine, c’est la crainte du manque d’expertise qui domine (63 %), avec celle de la capacité à gérer et analyser les données temps réel du M2M (65 %).

« Les bénéfices du M2M sont indéniables. Mais son adoption reste freinée par plusieurs barrières, dont l’absence d’offres complètes adaptées à plusieurs industries différentes, ou encore les problèmes d’administration, de sécurité, et de gestion du Big Data, ainsi que le manque de solutions de connectivité mondiales répondant aux besoins des entreprises multinationales », explique Sanjay Poonen. « SAP est l’une des seules entreprises placées au point de convergence de la mobilité, du Big Data et du Cloud et disposant de la capacité de traiter de vastes volumes de données pour fournir une connaissance immédiate et, in fine, offrir des solutions d’Internet des objets de référence pour les consommateurs et les entreprises ».

Les décideurs IT des six pays étudiés ont également souligné la question clé de la disponibilité d’infrastructures haut débit – 4G/LTE notamment – pour permettre le large déploiement des technologies M2M : aux Etats-Unis en priorité (91 % des sondés), mais également en Chine (91 %), en Inde (91 %), en Allemagne (88 %), au Royaume-Uni (87 %) et au Brésil (85 %). Dans leur majorité, les décideurs IT apparaissent peu susceptibles de constituer eux-mêmes un frein au déploiement de solutions M2M : une majorité d’entre eux, dans les six pays étudiés, estime que le M2M aura un impact sur les personnels de leurs entreprises (62 % en moyenne). Et une moyenne de 55 % d’entre eux ne s’inquiète pas d’éventuelles perturbations que le M2M pourrait induire.

Pour plus de détails, consultez l’infographie “How The Internet Of Things Is Raising Your IQ.” Pour plus d’informations, reportez-vous à la salle de presse SAP.

1 Berg Insight, “The Global Wireless M2M Market”, Tobias Ryberg, avril 2012

À propos de l’étude
L’étude a été réalisée en ligne par Harris Interactive, pour SAP, auprès de 751 décideurs IT en Allemagne (125), au Brésil (126), en Chine (125), en Inde (125), au Royaume-Uni (125) et aux Etats-Unis (125) entre le 15 janvier et le 1er février 2013. Dans le cadre de cette étude, le “décideur IT” est défini comme un adulte (âgé de 18 ans et plus), employé à temps complet ou partiel, disposant d’une influence, au moins légère, sur les processus de sélection de services de télécommunications voix, données et mobiles, et travaillant pour une entreprise réalisant un chiffre d’affaires annuel d’au moins 100 M€ en Allemagne, 75 MR$ au Brésil, 10 Md de yuans en Chine, 5 MdRs en Inde, 100 M£ au Royaume-Uni, et 500 M$ aux Etats-Unis. Les données des échantillons de chaque pays sont pondérées par un nombre d’employés représentatif des entreprises réalisant au moins le chiffre d’affaires minimum mentionné pour chaque pays.

A propos de SAP
Leader des applications d’entreprise, SAP (NYSE : SAP) fournit aux entreprises de toutes tailles et de tous secteurs les moyens logiciels d’une meilleure gestion. Du back office à la direction, de l’entrepôt à la vente, quel que soit le terminal d’utilisation (ordinateur, terminal mobile), les applications SAP permettent aux collaborateurs et aux organisations de travailler plus efficacement ensemble et de s’appuyer sur des tableaux de bord personnalisés afin de conserver leur avance dans un contexte concurrentiel.
Les applications et services SAP offrent à plus de 197 000 clients (y compris les utilisateurs des solutions de SuccessFactors) la possibilité d’être rentables, de s’adapter continuellement et de croître durablement. Pour plus d’informations, consultez le site http://www.sap.com/

Contacts presse :

SAP France
Françoise Nové-Josserand
Tél. : 06 12 31 77 92
francoise.nove-josserand@sap.com

 

Burson-Marsteller pour SAP
Henry de Romans / Mariya Prunak / Nicolas Sire
Tél. 01 56 03 12 44 / 19 39 / 14 21
henry.de-romans@bm.com / mariya.prunak@bm.com / nicolas.sire@bm.com

Tags: ,

Leave a Reply