Soccer team in a huddle

Et si les DSI ouvraient la voie à la transformation numérique ?

06/06/16 par Carsten Linz 45

La nouvelle génération de DSI (CIO) a l’opportunité de découvrir de nouvelles façons d’entreprendre grâce à l’expansion des nouvelles technologies. Le Cloud computing, l’hyperconnectivité, la technologie in-memory et les capteurs intelligents sont autant d’exemples de la façon dont les données deviennent une mine d’or pour les entreprises. Les DSI doivent faire preuve d’anticipation pour dessiner le plan d’action technologique de leur société et apporter des améliorations significatives en matière de valeur client.

 

Alors que les technologies informatiques deviennent partie intégrante du processus de création de valeur de l’entreprise (exemple avec Netflix IT qui détient le plus grand réseau de télévision par Internet), de nombreux DSI subissent une forte pression souvent due à leur manque de compétences et d’expérience dans les nouveaux domaines de leadership. Si l’on en voit le côté positif, avec les bonnes compétences de leadership, c’est l’occasion pour les DSI d’élever le niveau et de faire du service informatique une pièce maîtresse pour le succès de l’entreprise.

 

Compétences et savoir-faire les plus recherchés dans le monde numérique

Quels sont les compétences et les savoir-faires nécessaires du DSI pour réussir sa transformation numérique ? Au sein de notre centre de leadership numérique pour les DSI, nous avons mis en place un dialogue stratégique hebdomadaire avec les DSI et les leaders numériques. Ces discussions rassemblent souvent les Directeurs généraux, les PDG et les Directeurs financiers de plusieurs entreprises. C’est dans ce contexte que nous avons récemment établi le profil de compétences des DSI qui réussissent.

Il est important de préciser que nous n’approuvons pas la théorie selon laquelle le numérique changera radicalement le profil du DSI. Nous avons au contraire la conviction que les exigences traditionnelles suivantes concernant le rôle de DSI restent très importantes.

 

  • Conseiller en technologie : il est nécessaire de mettre à la disposition du conseil d’administration des fonctionnalités numériques et des informations en temps réel, qui lui permettront de prendre des décisions commerciales stratégiques et de faire avancer ses activités.
  • Prestataire informatique : il incombe au DSI de garantir la qualité des services informatiques (accords sur le niveau de service, par exemple aux secteurs d’activités et à chaque salarié).
  • Partenaire commercial : une organisation informatique qui ne génère pas de valeur ajoutée est vouée à disparaître. Le Design thinking et la flexibilité facilitent grandement le travail en coopération avec les secteurs d’activité pour atteindre des objectifs commerciaux communs.
  • Chef de la sécurité : être le chef de la sécurité reste un rôle clé qui ne peut pas être délégué. En outre, il reste primordial de veiller à la sécurité et à la bonne gestion des données des clients, des partenaires commerciaux et des salariés.

 

À ces rôles traditionnels du DSI s’ajoutent de nouvelles exigences en matière de leadership. En assumant son rôle de leader, le DSI a une chance unique de faire des technologies de l’information un atout stratégique pour le processus de création de valeur de l’entreprise. Le DSI est également en concurrence avec d’autres cadres tels que le Directeur du service numérique (CDO), poste encore flou, ou le Directeur marketing (CMO). Mais nous pensons que la clé pour que ces cadres dirigeants se hissent au rang de leader résidera dans les initiatives numériques. L’horloge tourne et la question est la suivante : qui sera le chef de file ? Les rôles suivants se retrouvent dans chaque entreprise :

  • Le visionnaire : avec les exigences opérationnelles quotidiennes, il est souvent difficile de rester concentré sur le futur et sur le but à atteindre. Aujourd’hui plus que jamais la technologie doit jouer un rôle prépondérant dans la vision de l’évolution de l’entreprise.
  • L’alchimiste des données : certes les alchimistes ont échoué à la transformation des métaux de base en or, mais cela les a conduits aux fondements de la chimie moderne. Aujourd’hui nous avons besoin de leaders qui développent des capacités organisationnelles afin de transformer les données en connaissances et de formuler des recommandations pour leur entreprise.
  • L’entrepreneur : les DSI doivent encourager les innovations ouvertes basées sur des plateformes pour permettre de relever les défis commerciaux du futur. Les start-ups innovent en se basant sur des plateformes de haute qualité et des infrastructures Cloud flexibles. Le DSI dispose des mêmes outils et doit offrir une base évolutive aux innovateurs afin qu’ils puissent mettre en place de nouveaux cas d’utilisation et de nouveaux modèles de gestion.
  • Le transformateur numérique : la transformation numérique, tout le monde en parle, mais peu de gens sont capables de mener le changement. Un cadre de transformation numérique adapté est indispensable si l’on souhaite atteindre de façon systématique l’objectif numérique fixé. Le DSI doit créer une structure d’entreprise spécifique et prendre le temps nécessaire pour consulter ses collègues cadres dirigeants et agir de concert avec eux.

Ce ne sont pas les compétences que l’on rencontrait généralement sur les descriptions de poste de DSI il y a quelques années. Mais le monde des affaires évolue et il faut savoir s’y adapter.

 

Développer les capacités numériques de demain tout en assurant les résultats d’aujourd’hui

Si les DSI veulent être des leaders et apporter du changement, ils doivent gérer la transformation numérique. Ils doivent disposer d’une stratégie claire et solide pour acquérir les compétences requises en matière de leadership pour le plan de développement commercial et l’équipe dirigeante. Le numérique implique de gérer plusieurs modes. Les DSI doivent s’y mettre le plus vite possible afin de développer les compétences nécessaires pour orchestrer et équilibrer plusieurs modes de création de valeur et leur diffusion.

Il revient au DSI d’initier et de conduire l’innovation de plateforme et de consolider les solutions de base pour pérenniser vos technologies de l’information. La mise en place d’une culture ouverte et flexible, avec des concepts tels que le Design thinking, le Lean Startup, le crowd-sourcing des idées externes et les innovateurs constitue une façon de renforcer la valeur de la transformation. La reconnaissance de « héros opérationnels », autrement dit de ceux qui sécurisent les opérations importantes et sont focalisés sur les accords sur le niveau de service est d’une grande aide. (Évitez cependant à tout prix l’emploi des termes entreprenariat et innovation.)

La transformation numérique doit être amenée par le haut et elle affecte l’ensemble de l’entreprise, pas uniquement le service informatique. Un DSI concerné par son entreprise peut être un meneur et devenir le principal innovateur. Je rejoins Neelie Kroes, Commissaire européenne chargée de l’agenda numérique, lorsqu’elle écrit qu’« il n’y a pas de place pour la complaisance dans ce monde numérique si changeant ». Mais j’aimerais également vous rappeler les mots de Steve Jobs qui déclara un jour « Apple mène la révolution musicale numérique, mais au cœur de tout cela, c’est la musique qui compte avant tout. »

La transformation numérique est avant tout un enjeu commercial et de leadership. En utilisant leurs plateformes numériques, les DSI ont une opportunité unique de devenir les visionnaires de leur entreprise en encourageant l’esprit d’entreprise et en dirigeant la transformation numérique.

 

IDC définit 5 paliers de maturité de transformation digitale des entreprises. Où en est la vôtre ?

 

 

Cet article est initialement paru sur SAP Business Trends. 

Images : shutterstock

Tags:

Leave a Reply