tech

Les données universelles, socle de l’Entreprise Intelligente !

Et s’il devenait possible d’entrer dans l’ère numérique sans bouleverser totalement l’existant ? L’évolution vers l’Entreprise Intelligente peut aussi se faire en douceur à condition de respecter quelques principes fondamentaux. Démonstration.

 

Frank Soudan

 

 

 

 

Par Frank Soudan, Head of Industry 4.0 – SAP Leonardo

Parce que les données et le système d’information sont intimement liés à une organisation et à une histoire, la transformation numérique s’avère spécifique à chaque entreprise. Pour mener la course en tête, une stratégie numérique s’impose, et de façon urgente. En effet, les évolutions technologiques récentes et à venir déferlent à une vitesse inédite. C’est pourquoi il convient d’accumuler le moins de retard possible.

Cependant, force est de constater la réalité sur le terrain : un existant informatique lourd à maintenir et un chaos de données disséminées et copiées en de nombreux exemplaires. Dans ces conditions, comment faire en sorte de sauter le pas pour entrer dans l’ère numérique ?

Les 5 caractéristiques de l’Entreprise Intelligente

Tout d’abord, la transformation de l’organisation en Entreprise Intelligente lui confèrera l’agilité et la réactivité indispensables dans ce Nouveau Monde Numérique.

L’Entreprise Intelligente repose sur cinq caractéristiques complémentaires :

  • l’Ouverture technologique (open source, API, combinaison de multiples sources de données…) relayée par un état d’esprit ouvert, sans idées préconçues pour imaginer les systèmes à venir (Design Thinking à partir d’une feuille blanche, par exemple) ;
  • une Organisation Pilotée par les Données (Data Driven Organization) avec accès en temps réel à toutes les informations pour bénéficier pleinement de la valeur ajoutée qu’elles apportent aux métiers et prendre les meilleures décisions au meilleur moment ;
  • Automatisation et Autonomie grâce à l’intelligence artificielle permettant d’automatiser les tâches à moindre valeur ajoutée (éventuellement tout un processus) afin que les employés se consacrent à créer plus de valeur pour les clients ;
  • des applications avec des Interfaces Utilisateur Cognitives et Conversationnelles pour une interaction homme-machine évoluée (le cabinet Gartner prévoit que 30% des sessions Web seront réalisées sans écran dès 2020) ;
  • une Plateforme Informatique servant de Fondation afin de lier concrètement tous ces aspects.

Les sept lois des données universelles

L’Entreprise Intelligente s’avère impossible sans une politique très claire des données, en évitant les multiples copies, les incohérences, et donc le manque de fiabilité du système informatique. Pour y parvenir, les données universelles s’imposent. Il s’agit d’une “usine” où toutes les données sont stockées et contrôlées de façon logique. Il devient alors possible aux applications et aux utilisateurs d’y accéder à tout moment, via un accès contrôlé et sécurisé.

Pour réorganiser le chaos des données, sans pour autant réinventer la roue ou tout détruire, l’approche des données universelles repose sur sept principes fondamentaux :

  1. La Performance – Aujourd’hui, personne ne souhaite attendre pour obtenir une réponse informatique. D’où la nécessité d’un traitement en temps réel ou permettant de répondre dans un délai adapté aux attentes des métiers concernés. Sans ce critère essentiel, point de salut !
  2. La Liberté – Rien ne doit contraindre ni empêcher l’accès aux données. Dans le système d’information, dans les réseaux sociaux, à l’extérieur de l’organisation, dans son écosystème… où qu’elles se trouvent l’entreprise doit pouvoir accéder aux données. Et peu importe sur quelle plate-forme elles résident : sur site, sur le cloud, en mode hybride… il est primordial que l’entreprise puisse y accéder ou les stocker.
  3. La Modélisation. Au-delà de l’accès, l’entreprise doit comprendre ses données et les retrouver afin de les modéliser selon les besoins spécifiques à chaque application, à chaque métier.
  4. L’Indépendance – la puissance de calcul ne doit aucunement limiter les données, et réciproquement. L’infrastructure informatique doit donc être suffisamment élastique pour varier et s’ajuster en fonction des besoins (croissants comme décroissants).
  5. Une Latence Faible – Les données doivent être disponibles pour toute transaction (ou analyse) aussitôt qu’elles sont créées. Et leur modification doit être immédiatement répercutée sur les processus, les transactions, les analyses en cours…
  6. La Gouvernance – Outre l’indispensable sécurité des données dans un environnement très évolutif, l’entreprise doit veiller à l’intégrité et à la qualité de ses informations. Les normes d’intégrité favorisent également le respect des règles de conformité réglementaire.
  7. Sans Friction – il s’agit de pouvoir corréler les données structurées des applications et bases de données (mode 1, selon le cabinet Gartner) avec les informations non structurées provenant des réseaux sociaux ou des fichiers de log, par exemple (mode 2). Ici encore il s’agit de supprimer toutes les restrictions d’accès aux données ou à leur utilisation, quels que soient le type d’information, sa forme, son support…

Comment mettre tout cela en œuvre au milieu d’un système d’information complexe évoluant dans un chaos de données difficile à maîtriser ?

Pour concevoir des applications “Data Driven” agiles accédant aux données en temps réel, SAP propose sa plateforme SAP HANA Data Management Suite, jouant le rôle de Hub logique de données multisources.

Le dispositif est complété par la Suite SAP Leonardo qui apporte une méthodologie à travers laquelle l’entreprise et l’éditeur développent un prototype (POC ou Proof of concept). Ce dernier permet de s’assurer de la viabilité de l’approche via une application concrète (Application Reality Check). SAP Leonardo combine les dernières technologies (et intègre progressivement les nouvelles) comme le Machine Learning, l’Intelligence Artificielle, le blockchain, l’Internet des objets…

Il devient alors possible de réaliser l’objectif attendu : mieux contrôler le cœur de l’informatique en production, afin de libérer des ressources et de les mettre à disposition d’une innovation enfin facilitée et accessible. N’est-ce pas la meilleure voie de progrès pour une Entreprise Intelligente de l’ère numérique ?