Traçabilité alimentaire : l’ERP au cœur d’une transformation numérique indispensable

La sécurité alimentaire fait régulièrement l’actualité, illustrant les scandales provoqués par un manque de traçabilité et d’information. En pleine vague de transformation numérique, comment les systèmes d’information peuvent-ils aider les grands industriels de la transformation à garantir la traçabilité des produits dans la chaîne agroalimentaire ?

Pour gérer les grands volumes d’approvisionnements internationaux, la fiabilité et la pertinence de l’information s’avèrent primordiales.

Certes, la traçabilité a toujours été une préoccupation de premier plan dans l’agroalimentaire. Toutefois, cet aspect est beaucoup moins géré, par exemple, que dans l’industrie pharmaceutique, beaucoup plus avancée sur le sujet. Cet exemple illustre d’ailleurs les bénéfices d’un travail sur les normes permettant d’améliorer les processus.

Suivre un produit ne suffit pas

Si le code-barre permet d’identifier un code produit, il ne permet de reconnaître ni un lot ni la date de péremption qui est attachée. Or, ces informations se révèlent essentielles dans le cadre d’un rappel de produits.

C’est ici qu’intervient l’ERP, pour assembler et corréler les multiples informations nécessaires aussi bien sur les produits, leur lot, ou encore l’origine des matières composant les produits de chaque lot.

Dans le cadre de la traçabilité, il convient de pouvoir suivre un lot qui peut représenter plusieurs tonnes de produits, répartis en une multitude de palettes à travers toute la chaîne. Il convient donc de pouvoir suivre les palettes individuellement pour une traçabilité précise : transporteurs, entrepôts, magasins, etc. grâce à un ERP moderne, chaque acteur concerné habilité peut suivre en temps réel toutes les informations sur les produits et leurs déplacements (ainsi que ceux de leurs composants).

Le temps réel s’avère aujourd’hui indispensable pour apporter la réactivité immédiate en cas de problème sanitaire, de rappel de lots, ou de toute autre situation d’urgence.

Un ERP ouvert et collaboratif s’impose

L’ERP gérant les activités de l’industriel qui transforme les produits ne saurait suffire. Il doit absolument interagir en temps réel avec les ERP des distributeurs, des transporteurs, etc. D’où la nécessité d’un langage commun pour échanger l’information sur les codes produits, la codification des lots ou des palettes, la localisation de ces éléments…

Si l’on considère l’exemple des plats cuisinés, plusieurs viandes peuvent entrer dans leur composition. Les règlementations imposent de pouvoir tracer cette viande de l’animal et son élevage jusqu’à l’assiette du consommateur. Une matière première qui représente une grande part du prix de revient du plat. Difficulté supplémentaire, les viandes peuvent provenir d’élevages différents de plusieurs pays. En outre, chacune peut avoir subi divers traitements ou transformations. Or, l’industriel doit pouvoir tracer l’ensemble de ces opérations et en conserver toutes les traces sur plusieurs semaines (voire plusieurs mois), ainsi que la traçabilité de tous les agents intermédiaires des sites intervenant dans la chaîne.

Nouvelles technologies, nouvelles réponses.

Dans les petites et moyennes surfacent, il s’avère souvent plus difficile de pouvoir relier une palette spécifique à une donnée informatique. Dans tous les cas, l’Internet des objets permettrait de localiser en temps réel la palette, en cas de procédure de rappel par exemple. Une mesure qui s’avère d’autant plus efficace avec les possibilités actuelles de géolocalisation. Or aujourd’hui, il faut aller voir physiquement les palettes afin de pouvoir les identifier.

Utilisée en amont, l’informatique analytique permet de renforcer le contrôle qualité afin de détecter d’éventuelles dérives, en mesurant et détectant les tendances nécessitant de renforcer les contrôles. Des mesures encore améliorées grâce à l’analyse prédictive, à l’image de ce que peut faire l’industrie mécanique avec la maintenance prédictive.

SAP : la traçabilité en temps réel, et bien plus encore

Avec SAP, toutes les fonctions évoquées ci-dessus sont nativement disponibles dans l’ERP. Depuis 40 ans, l’éditeur intègre une traçabilité exhaustive en temps réel, encore accélérée grâce à sa base de données SAP HANA.
L’éditeur travaille depuis longtemps avec les industriels pharmaceutiques pour lesquels ces aspects sont des prérequis. En effet, sans garantie de traçabilité il n’est pas question de mise sur le marché pour un médicament. SAP a donc adapté ces processus éprouvés à l’agroalimentaire pour favoriser une organisation des processus d’entreprise garantissant une traçabilité maximale.

Outre la traçabilité des lots et des palettes favorisant l’identification rapide de lots incriminés, SAP apporte aussi une dimension administrative indispensable permettant de déterminer qui a fait quoi et comment : saisie ou modification des dates de péremption, manipulation de lots, transferts… Au final : une gestion des habilitations et la traçabilité des responsabilités bien utiles en cas d’incident. Dans une chaîne de traitement toujours constitué de nombreuses opérations manuelles, retrouver au plus vite l’origine de toute manipulation reste indispensable.