route

Au-delà du Big Data et du Cloud, penser l’Entreprise Intelligente

Après l’ère du Big Data et du Cloud, s’ouvre celle de l’Entreprise Intelligente, caractérisée par la capacité des organisations à focaliser leurs employés sur les seules tâches à valeur ajoutée grâce à un haut niveau d’automatisation. En se basant sur sa suite applicative, complétée par sa plateforme digitale et les innovations apportées par Leonardo, SAP occupe une position unique pour concrétiser cette vision.

Après les mutations amenées par le mainframe et les ordinateurs individuels, dans les années 1960 à 1980, après celles du client-serveur et de l’Internet, au cours des décennies 1990 et 2000, les entreprises ont au cours des 10 dernières années entamé leur transformation digitale, grâce à la diffusion des technologies du Big Data et du Cloud. L’ère qui s’ouvre désormais doit amener les organisations vers l’Entreprise Intelligente. Cette dernière se caractérise par une capacité à recentrer les employés sur les tâches à valeur ajoutée, par l’exploitation d’une nouvelle génération de technologies arrivant à maturité (Intelligence Artificielle, Machine Learning, Internet of Things, applications analytiques avancées, Blockchain). Bâtie sur les fondations de la transformation digitale, l’Entreprise Intelligente renforce l’automatisation des processus, en s’appuyant sur des analyses approfondies et des comportements dictés par les données (data-driven). Cette automatisation croissante repose à la fois sur les progrès de la technologie et sur l’intégration de nouvelles sources de données (texte, vidéos, images, voix, localisation, …).

Ainsi, les progrès du Machine Learning permettent aux algorithmes de parvenir à un très haut niveau de fiabilité dans la compréhension du langage naturel ou la reconnaissance d’images. Bien entraîné, un algorithme de reconnaissance d’images offre aujourd’hui un niveau de fiabilité de 97%, deux points de mieux qu’un humain en moyenne. Les entreprises peuvent tirer parti de ces progrès pour éliminer les tâches répétitives, qui consomment du temps dans la journée de leurs salariés, et amener les processus d’entreprise à un niveau d’automatisation inédit. Ces opportunités dans l’analyse de données peuvent être couplées à celles qu’apporte l’IoT qui, en généralisant la connectivité, parvient à connecter une chaîne de valeur dans son ensemble, du design des produits, à leur usage réel chez les consommateurs, en passant par la logistique et la production. En consolidant les données des chaînes de fabrication, l’IoT permet aussi de mieux maîtriser les paramètres de production, voire de détecter les signes avant-coureurs des pannes. On estime que la maintenance prédictive qui en découle pourrait réduire de moitié les arrêts de production. Le dernier pan de cette mutation vers l’Entreprise Intelligente touche à une nouvelle génération d’applications analytiques embarquées directement dans les applications. Permettant aux utilisateurs d’analyser les données à la volée. A la clef, d’importants gains de rentabilité : jusqu’à 60% de marge nette supplémentaire pour les acteurs de la distribution et jusqu’à 30% de marge brute en plus pour les industriels.

Faire face aux ‘disrupteurs’

Ces progrès peuvent difficilement être ignorés par les entreprises, même par les mieux installées d’entre elles. Celles-ci sont en effet sans cesse bousculées par de nouveaux entrants tirant parti des technologies pour remettre en cause les positions établies dans tous les secteurs d’activité. Un acteur du S&P 500 est ainsi remplacé toutes les deux semaines. Et ce rythme va en s’accélérant. S’y ajoutent des défis liés à l’exploitation des volumes de données sans cesse croissants que générèrent les entreprises, à l’intégration des Millenials, en quête de sens dans leur parcours professionnel, ou aux attentes des consommateurs eux-mêmes, qui exigent désormais des expériences utilisateurs irréprochables.

Dans ce contexte, les ‘best practices’, concept regroupant des processus métier à l’état de l’art, ont vécu. Dans un monde où la vitesse prévaut sur toute autre valeur, ce sont plutôt les ‘next practices’ qui feront la différence. Celles-ci présentent 3 caractéristiques intrinsèques au fonctionnement interne des organisations et se traduisent par 3 résultats tangibles. Parmi les premières, on trouve la capacité à collecter les données et à les relier entre elles pour y découvrir des comportements récurrents, la faculté à simuler l’impact de tel ou tel scénario pour utiliser au mieux les ressources à disposition et, enfin, l’agilité, autrement dit la capacité à s’adapter aux fluctuations des attentes des clients. Ces aptitudes doivent amener l’entreprise à gagner en efficacité et à rendre ses employés plus autonomes, à fournir des expériences client irréprochables mais aussi à inventer de nouveaux modèles économiques basés sur l’exploitation de la donnée. Pour des résultats très concrets : capacité à produire des produits personnalisés, suivi unitaire des produits, fiabilisation des délais de livraison, etc.

Intégrer l’innovation dans la suite applicative

Avec déjà des projets bien concrets allant dans cette direction (réconciliation automatique de factures et de virements, gestion prédictive des opportunités, approbation automatique des remises commerciales, service client omnicanal, automatisation de l’entrepôt…), SAP bénéficie d’un positionnement unique pour accompagner les entreprises dans ces mutations. Ce positionnement repose bien entendu sur sa suite applicative modernisée pour tirer parti de la technologie In-Memory. Celle-ci permet aux entreprises d’automatiser leurs processus standards, via l’intelligence désormais embarquée au cœur même des applications. Cette suite est couplée à une plateforme digitale, la SAP Cloud Platform associée à la HANA Data Management Suite, qui facilite la collecte, le rapprochement et l’orchestration de données – qu’elles soient structurées ou non – ainsi que l’intégration de services innovants dans les processus des entreprises. Ces innovations technologiques sont issues de Leonardo, la troisième composante clef du portefeuille SAP. Y sont regroupées les technologies du Big Data, d’IA, de Machine Learning, d’IoT, de Blockchain ou d’analytique de nouvelle génération, capables de faire basculer les entreprises dans un niveau d’automatisation jusqu’alors inconnu.

Dans le schéma imaginé par SAP, l’Entreprise Intelligente est un cercle vertueux où les activités gérées dans la suite applicative génèrent des données qui sont exploitées pour construire de nouveaux automatismes, qui peuvent être ensuite embarqués dans ladite suite. Les données des processus métier pouvant également être combinés à des données externes, au sein de la plateforme digitale, où des technologies innovantes peuvent être mobilisées afin de produire des analyses plus pertinentes. C’est la position unique de SAP, qui conçoit le système au cœur du fonctionnement des plus grandes entreprises dans le monde, qui rend cet édifice unique sur le marché.