noel

Comment Microsoft a projeté sa chaîne logistique dans l’ère de la Xbox

Hier fabricant de périphériques sans grande valeur ajoutée, Microsoft a aujourd’hui au catalogue des périphériques évolués, comme les Xbox, les tablettes Surface ou les casques HoloLens. Entraînant une complexification de sa chaîne logistique. Ce qui a poussé le premier éditeur mondial à refondre ce système clef, autour des solutions SAP Ariba.

Depuis des décennies, aux côtés de ses logiciels, Microsoft propose aux consommateurs des périphériques. Souris, claviers… Depuis les années 2000, le premier éditeur mondial est aussi constructeur de consoles de jeux. Et désormais de tablettes, avec la gamme Surface, et de casques de réalité virtuelle, avec les HoloLens. Une montée en gamme qui s’accompagne d’une complexification de la chaîne logistique, d’un besoin de flexibilité accrue et de plus grande visibilité sur la production des différents fournisseurs.

« Nos niveaux d’inventaire étaient en hausse et la plupart des points de contact sur notre chaîne logistique étaient manuels, avec beaucoup de travail en doublon sur certaines activités, se remémore Ali Khaki, directeur de projet sur l’ingénierie de la supply chain chez Microsoft. Nous ne pouvions plus travailler avec ce système pensé pour des gammes commercialisées pendant 3 ou 4 ans et pour des périphériques non stratégiques comme des claviers et des souris. Nous devions construire une nouvelle approche. » Ce qui a poussé la firme de Redmond à mettre sur pied un nouveau système de pilotage de sa chaîne logistique, construit sur la base d’un travail de co-innovation avec SAP Ariba.

« Rester connectés à nos clients »

C’est ainsi qu’est née l’initiative One Digital Supply Chain, visant à bâtir une plate-forme unique pour piloter tous les canaux et fournisseurs de Microsoft. « Nous voulions couvrir tous nos segments de marché, grand public, entreprise, distribution et partenaires, reprend Ali Khaki. Et être capables de piloter notre chaîne logistique par la donnée afin de gérer notre activité hardware efficacement et de façon proactive. Plus important encore, nous voulions surtout rester connectés à nos clients. »

Construite pour répondre aux besoins du premier éditeur mondial, la plateforme bâtie sur les solutions Ariba, et connectée à d’autres technologies SAP, est désormais le point de contact unique avec les fournisseurs de rangs 1 et 2. Soit une chaîne de valeur d’environ 20 milliards de dollars. La solution a permis à Microsoft de sortir d’un pilotage centré sur des prévisions de vente, pour mettre en place un modèle piloté par la demande. Un modèle qui tient compte des besoins réels des clients. Le tout avec des niveaux d’inventaire bien plus faibles. Microsoft a ainsi économisé près de 200 millions de dollars sur les seuls stocks de sa gamme Surface ! « Nous avons désormais une compréhension pointue de nos inventaires, où qu’ils se trouvent dans le monde », note Corey Hughes, directeur de programme Supply Chain de Microsoft.

 Transparence de bout en bout

« L’intégration de nouveaux fournisseurs prenait auparavant entre 3 et 4 mois, elle peut désormais être effectuée en 3 à 4 semaines, et parfois en seulement 4 ou 5 jours, détaille Ali Khaki. Cette réactivité est très importante pour notre activité, quand nous lançons de nouveaux produits, comme les casques HoloLens, ou de nouvelles versions de nos produits existants. » Basée sur le réseau Ariba, agrégeant de très nombreux fournisseurs partout dans le monde, la solution, exploitée en mode Cloud et couplée à des outils collaboratifs, permet aussi de partager les prévisions, les ordres de fabrication, les niveaux de stocks, les données sur la qualité, d’anticiper les problèmes sur la chaîne logistique, etc. « Le processus est devenu transparent car toutes les communications ont lieu au sein du système Ariba lui-même », résume le directeur de projet.

L’implémentation de la plate-forme Ariba a aussi permis à Microsoft de mettre en place une production plus flexible, réactive aux besoins réels des clients. Ces derniers peuvent désormais choisir leur terminaux biensûr, mais aussi les personnaliser de multiples manières (forme, couleur des boutons…) durant le processus de commande. Autant d’informations qui sont transmises automatiquement, via la supply chain digitale, aux lignes d’assemblage, ces dernières informant chaque consommateur de l’avancée de sa commande.

Un avantage concurrentiel… vis-à-vis des fournisseurs

Pour Keith Baranowski, vice-président de SAP Ariba, la mise en place de la solution donne un avantage compétitif à Microsoft auprès de ses clients, mais aussi de ses fournisseurs, du fait de l’organisation de l’industrie électronique. « Il s’agit d’un marché mature, relativement concentré ; seule une poignée d’industriels fabriquent des écrans, des batteries ou des mémoires, explique-t-il. Microsoft se trouve ainsi en concurrence avec Apple et Samsung pour l’accès à ces approvisionnements. Quand Microsoft sait qu’il peut répondre trois jours plus vite que les autres marques lors d’un lancement de produit ou quand il est en mesure d’évaluer précisément les demandes de consoles Xbox pour Noël, il se place dans une position favorable par rapport à ses concurrents pour alimenter sa chaîne de fabrication avec les composants nécessaires. »