automobile

Créer de la valeur ajoutée avec l’IoT, l’apprentissage automatique et la blockchain

Ces dernières années, les entreprises ont découvert des nouvelles sources de valeur ajoutée, pour elles-mêmes et pour leurs clients, grâce à l’Internet des objets, l’apprentissage automatique, la technologie blockchain et d’autres technologies SAP Leonardo.

À l’origine de ces réussites se trouve généralement un problème spécifique que l’on s’est attelé à résoudre, qui a permis d’aboutir bien souvent à la création de nouveaux business models.

« L’an dernier, nous avons affirmé qu’une combinaison de technologies en phase de maturation (IoT, apprentissage automatique et technologie blockchain) viendraient réinventer les processus de gestion », a rappelé le PDG de SAP, Bill McDermott, lors de son discours d’ouverture à la conférence SAPPHIRE NOW tenue ce mois-ci. « Aujourd’hui, SAP Leonardo est en passe de définir les pratiques émergentes dans 25 secteurs foncièrement différents. »

Ces pratiques émergentes permettront d’offrir une meilleure expérience client, en garantissant la disponibilité en stock des produits les plus demandés ou en minimisant les pénuries des biens commerciaux essentiels. Elles impliquent toutes l’apport d’une valeur ajoutée, et certaines nous permettent même d’en savoir plus sur nos clients.

Ce que les machines nous apprennent sur les clients

Grâce aux capteurs IoT installés dans une voiture de location, par exemple, le loueur peut en apprendre beaucoup sur le ou les conducteurs du véhicule, et notamment s’ils en prennent soin ou pas. La technologie d’apprentissage automatique peut exploiter ces informations pour aider l’entreprise à créer des campagnes mieux ciblées, à déterminer les véhicules à acheter à l’avenir, et même à abaisser les primes d’assurance en louant les véhicules exclusivement aux meilleurs conducteurs.

« Ces possibilités seront instantanément créatrices de valeur pour ma clientèle, qui paiera un prix plus avantageux, mais aussi pour moi-même en tant qu’entreprise de location de voiture », a fait savoir Michael Benirschka, employé de SAP, dans une vidéo SAP présentant les technologies SAP Leonardo. « Il faut toujours essayer de voir les nouvelles opportunités commerciales qu’une technologie peut vous apporter. C’est pourquoi évolutivité, faisabilité et attrait doivent être au rendez-vous dès le début. »

Ces nouvelles opportunités commerciales incluent la vente de données et d’informations aux tiers intéressés. Les données de la blockchain, transparentes et immuables, provenant de centaines de voitures de location peuvent permettre aux constructeurs automobiles, par exemple, de concevoir de meilleurs produits ou aux prestataires de services de revoir leurs échéanciers de maintenance.

SAP Leonardo est également exploité au niveau des ateliers.

Des petits capteurs pour la prévention de gros problèmes

« Nous faisions face à un grave problème : ces machines tombaient très souvent en panne », a confié Jeff Mueller, vice-président et CIO de Pregis LLC lors d’une Table ronde à l’événement SAPPHIRE NOW. « Pour couronner le tout, elles étaient lourdes et difficiles à réparer ».

D’après M. Mueller, les capteurs IoT ont permis au fournisseur de matériaux d’emballage de cerner des problèmes mineurs, comme le manque de liquide dans le réservoir, avant que cela n’engendre des problèmes majeurs. Ainsi, les équipes d’entretien se sont déplacées moins souvent sur le site et les coûts ont pu être réduits. Suite à la réussite de SAP Leonardo dans ce secteur, Pregis prévoit des déploiements dans ses autres activités, espérant d’autres opportunités encore.

« Finalement, nous allons miser sur l’ouverture d’un nouveau marché et la création de divers modèles commerciaux », a indiqué M. Mueller. « À mesure que nous enregistrons des données sur la consommation, nous partageons ces informations avec nos clients. Ils sont alors en mesure de minimiser le gaspillage et d’optimiser d’autres aspects via ces machines. »

Ces technologies sont également mises en application dans les hôpitaux et les entrepôts de stockage, ainsi que chez les détaillants, pour assurer le suivi des acheteurs et des stocks.

Et la lumière fut

Acuity Brands a coopéré avec SAP pour veiller à ce que les articles les plus rentables dans un magasin en dur soient bien les premiers à être remis en rayon. Le fabricant de matériels d’éclairage a combiné les données sur l’activité client, la rentabilité de chaque article et le chiffre d’affaires avec les données sur les visites de la clientèle recueillies par des balises et des capteurs situés à l’intérieur des systèmes d’éclairage du magasin. Ainsi fut révélé vers quels produits se dirigent les clients, produits en étroite relation avec les meilleures ventes.

« En exploitant ces sources de données, nous avons été en mesure de calculer un résultat d’impact, fondamentalement utile pour savoir quels sont les articles que nous devons remettre en rayon en priorité afin d’éviter tout risque de perte de profit », a expliqué Greg Carter, vice-président senior d’IoT Atrius Platform chez Acuity Brands, à la conférence SAPPHIRE NOW. « Ainsi, le gérant du magasin bénéficie d’une liste de contrôle se présentant sous la forme d’un tableau de bord, qui lui permet d’établir un ordre de priorité et d’atteindre ses propres indicateurs de performance clés (KPI) ».

De même, il est plus facile pour les clients de trouver ce qu’ils recherchent, gage d’une meilleure expérience client.

Des données restreintes pour un ciblage précis

Tout cela peut sembler un travail accablant, en particulier pour les entreprises qui n’ont toujours pas entamé leur transformation numérique. L’astuce consiste à se concentrer sur une petite chose, comme la résolution d’un problème bien précis.

« Il est nécessaire de restreindre un maximum les données. Le vrai point fort de SAP HANA réside dans l’intelligence en temps réel » a décrit Bradley Burt, partenaire principal SAP chez Deloitte Australia, lors d’un échange à la conférence SAPPHIRE NOW. « La vraie valeur ajoutée demeure dans ces informations en temps réel que vous obtenez dès lors que vous appliquez ces données granulaires à un article individuel. »

Cet article est initialement paru sur SAP Innovation Spotlight. Suivez Derek sur Twitter : @DKlobucher