usf

Gérald Karsenti pose le socle d’une relation transparente et gagnant-gagnant avec l’USF

« Je suis impressionné par l’USF, Association francophone à la réussite incroyable. Je ne connais pas chez les concurrents d’Association de cette qualité, et aussi innovante, » lance Gérald Karsenti, Directeur général lors de son allocution à la Convention annuelle de l’USF ce mois-ci. « L’USF représente une chance pour SAP. Et même si nous ne sommes pas toujours d’accord sur tous les sujets, nous pouvons avancer en nous disant les choses. J’apprécie d’aller directement au sujet pour régler les problèmes au plus vite en bonne intelligence. »

Un engagement clair envers le club des utilisateurs français de SAP.

Un éditeur européen mondial innovant

Un rappel de la place de SAP dans l’économie mondiale illustre l’enjeu majeur de la relation entre l’éditeur et ses utilisateurs. « Face à la rude concurrence mondiale, positionné entre les États-Unis et l’Asie, SAP, éditeur européen, joue un rôle majeur par son envergure (150 milliards d’euros de valorisation), » analyse Gérald Karsenti. « 70 % des transactions informatiques mondiales, quel que soit le secteur économique, passent à un moment ou à un autre par un système SAP. Cela illustre pleinement notre rôle-clé dans l’économie mondiale, mais également notre niveau de responsabilité. »

Afin de souligner l’innovation continue au cœur de la société et la vision des cofondateurs, il convenait de rappeler la rupture technologique innovante majeure provoquée par SAP HANA dans les bases de données et les plateformes logicielles. « En 2010, Hasso Plattner, cofondateur de SAP, a concrétisé sa vision de l’innovation consistant à travailler avec la donnée en temps réel, aussi bien pour les transactions en production que pour l’analytique, avec le développement de SAP HANA. Cette vision d’avant-garde a été soutenue par de multiples acquisitions, et le développement de solutions comme la suite logicielle SAP Leonardo pour gérer l’Internet des Objets, la Blockchain, etc. » rappelle Gerald Karsenti. « Par ailleurs, SAP a annoncé un plan d’investissement et de dépenses de 2 milliards d’euros pour l’innovation en France, dans les cinq ans à venir. »

Les solutions SAP s’intègrent dans une suite couvrant les processus d’entreprise de bout en bout. L’ensemble repose sur un socle digital (Digital Core), l’ERP et la finance représentant toujours 37 % du chiffre d’affaires. « Cela est certes important, » reconnait Gerald Karsenti. « Cependant, cela montre aussi que 63 % de nos activités portent sur tout le reste, les “pétales” autour de ce cœur : notre suite complète autour de l’expérience client, SuccessFactors mais également Fieldglass pour la gestion des ressources humaines internes et externes, ou encore Ariba, Concur pour la gestion des dépenses… Le très gros travail des équipes SAP sur l’intégration de ces solutions entre elles nous permet aujourd’hui de disposer d’une offre, à la fois modulaire et de bout en bout, unique sur le marché. »

Se transformer ou disparaître, y compris pour SAP

L’enjeu de la transformation digitale reste le défi majeur des dirigeants actuels, et Gérald Karsenti invite à considérer le phénomène Tesla : « Cette entreprise crée une véritable rupture sur le marché automobile. Quand on entre dans une Tesla (qu’on apprécie ou non ce type de voiture ou cette société), on vit immanquablement une expérience unique et complètement repensée… Comment les acteurs traditionnels peuvent-ils résister à cela ? Si Tesla innove constamment, l’entreprise fabrique encore très peu de véhicules comparativement aux acteurs traditionnels. Ainsi en intégrant cette innovation suffisamment rapidement, les entreprises traditionnelles vont venir à leur tour chatouiller voire, bousculer, ces nouveaux acteurs grâce cette fois à leur robustesse et capacité d’industrialisation de l’innovation. »

Cette révolution concerne les entreprises de tous les secteurs, et donc bien entendu SAP. « SAP s’est adapté et doit continuer à s’adapter en permanence pour saisir les opportunités, et pour rester agile, compétitif et pour finalement ne pas risquer de disparaître. Nous sommes le seul éditeur qui puisse couvrir tout le spectre informatique, et sommes donc challengés par de multiples acteurs. Heureusement, SAP sait à la fois délivrer et innover, deux priorités pour réussir. »

Dans sa volonté d’adaptation permanente, SAP s’organise pour disposer de l’ensemble des compétences à la fois techniques et métier afin de comprendre vraiment ce que font ses clients et ainsi les accompagner dans leur transformation en garantissant le meilleur retour sur investissement et en définissant les bons indicateurs de performance.

« Pour rendre possible cet accompagnement, SAP doit également se transformer en positionnant les leaders à la bonne place, et avec les fonctions appropriées. Alors que l’analytique occupe une place de plus en plus importante dans les systèmes d’information, SAP regroupe 500 chercheurs à Paris pour travailler sur ce sujet. En outre, avec des initiatives comme les Léonardo Center (Internet des Objets, Blockchain, Intelligence Artificielle…) nous souhaitons co-innover avec nos clients pour tirer le meilleur de ces nouvelles technologies»

Un écosystème de partenaires et de clients

La force d’un éditeur tient aussi dans sa capacité à dynamiser un écosystème de partenaires compétents et proche des entreprises et de leur bassin économique. « SAP renforce son investissement en région, un tissu économique auquel je suis très attaché, » assure Gérald Karsenti. « Il s’agit pour nous d’assurer une bonne couverture du territoire auprès des PME/PMI extrêmement dynamiques, mais aussi des grandes entreprises. »

Pas de réussite sans une relation client satisfaisante, un aspect sur lequel Gérald Karsenti s’engage sans ambiguïté : « La relation avec le client doit absolument s’envisager dès le départ sur le long terme. Chez SAP Fr. nous avons lancé les Customer Success Rooms. Il s’agit de faire travailler quotidiennement et de concert tous les contacts SAP du client, y compris les partenaires. Il devient alors possible de parvenir à une compréhension commune du client à long terme, et de partager sa vision et ses attentes. »

L’objectif de la transformation digitale est incarné pour SAP par le concept d’Entreprise Intelligente : “une entreprise capable d’exploiter toute la richesse de ses données, d’identifier et de saisir les opportunités de croissance tout en offrant l’expérience la plus riche, personnalisée et en temps réel à ses clients.” Pour démontrer les approches et les réalisations possibles, l’éditeur propose aux entreprises de visiter son laboratoire d’idées, l’Executive Briefing Center à Levallois-Perret : « nous vous montrerons comment un magasin, une chambre d’hôpital, une usine ou un stade connecté peuvent générer des idées pour élaborer l’avenir. » 

Avant de conclure : « L’enjeu dans une relation n’est pas de rencontrer des problèmes car c’est inévitable, mais de les régler au plus vite. Et c’est en cela que le rôle de l’USF est clef pour remonter les points d’attention et jouer ce rôle de relais, toujours dans la bienveillance, et avec de l’engagement dans une relation gagnant-gagnant. »