Assurer la sécurité des autoroutes grâce aux technologies RFID et Blockchain

La mondialisation a banalisé le transport routier. Un camion pourrait quitter Strasbourg aujourd’hui, atteindre Istanbul demain et repasser la frontière française après-demain. Les pneus de camions parcourent des milliers de kilomètres par semaine. La défaillance de pneus surutilisés pouvant causer des accidents de la route, il existe des règlementations et des homologations précises relatives à l’utilisation et au renouvellement des pneus de camions. Malgré tout, Il reste difficile pour les fabricants et les ateliers de s’assurer que les pneus qu’ils envoient en réparation respectent toujours les conditions de garantie.

GS1 est une organisation neutre à but non lucratif qui développe et maintient les normes mondiales les plus largement utilisées pour répondre aux enjeux business actuels et futurs des entreprises. Pour fournir aux garants des informations fiables sur l’historique d’un pneu et améliorer la sécurité sur les routes, GS1 s’est associé à SAP via son SAP Co-Innovation Lab (COIL)  Paris pour concevoir un projet de numérisation des activités de rechapage de pneus et ainsi réduire les accidents. La solution développée utilise les technologies RFID et Blockchain pour identifier les pneus de camions surutilisés et approuver leur réparation.

La technologie Blockchain pour fiabiliser le processus de réparation des pneus

Les bandes de roulement des pneus peuvent être renouvelées un certain nombre de fois. C’est d’ailleurs conseillé, puisque la production de nouveaux pneus est bien plus nuisible à l’environnement que le rechapage. Toutefois, il est difficile de recenser le nombre de rechapages auquel un pneu en particulier a été soumis. En effet, son utilisation dans différentes régions et le nombre de parties impliquées ont élargi l’écosystème, compliquant ainsi le suivi de l’historique du pneu en question.

« Les réglementations sont plus ou moins respectées selon les régions », affirme Joey Bronner du SAP Co-Innovation Lab Paris. « Il n’est pas rare qu’un pneu déclaré inutilisable dans un pays soit envoyé dans un autre puis remis en circulation sur les routes du pays qui l’avait interdit. Comment les réparateurs peuvent-ils savoir qu’un pneu est défaillant ? Observer le pneu ne suffit pas à savoir combien de rechapages il a subi. »

Dans ces circonstances, il est donc difficile pour les fabricants d’émettre des garanties. Pour offrir une information fiable sur l’historique d’un pneu, GS1 et SAP ont décidé de miser sur la technologie Blockchain pour concevoir un outil de gestion du cycle de vie d’un pneu qui inclut un suivi et des conseils sur le rechapage et la garantie associée.

« Chaque pneu est équipé d’un dispositif RFID qui identifie le pneu de façon unique tandis que la blockchain enregistre le kilométrage du pneu et les différentes activités d’entretien auxquelles il est soumis », déclare Nicolas Pauvre de GS1. « Le transporteur ou réparateur scanne la balise RFID et accède à l’ensemble de l’historique d’utilisation du pneu. Il peut ensuite demander une réparation ou un renouvellement en connaissance de cause. Les informations concernant chaque réparation ou rechapage sont stockées dans la technologie Blockchain. Grâce à sa technologie décentralisée, aucun membre de la chaîne ne peut manipuler les informations qui y sont stockées. »

GS1 contribue à apporter des technologies innovantes à l’écosystème

Représentée dans 150 pays, GS1 établit des standards pour tous les produits B2B et B2C pertinents, et assure leur identification par l’attribution d’un code-barres EAN. GS1 est un acteur important pour SAP car il définit de nombreuses normes internationales auxquelles les logiciels SAP aident les clients à adhérer.

« Selon nous, TWAREG démontre toute la force de l’association de technologies innovantes comme la blockchain et RFID aux standards mondiaux de GS1 » affirme Nicolas Pauvre de GS1. « L’outil rend réelles les « technologies invisibles » comme la blockchain pour nos clients. Grâce à notre collaboration avec le SAP Co-Innovation Lab, les entreprises bénéficient des enseignements tirés des précédentes expériences quant à l’implémentation de ces technologies. C’est une source d’inspiration qui encourage les entreprises à élaborer leur propre feuille de route et projet. »

Nicolas Pauvre affirme : « Nous avons fait la promotion de TWAREG lors d’événements majeurs, tels que Supply Chain Event, Vivatech ou le GS1 Global Forum, afin de faire naître de nouvelles opportunités commerciales et des projets innovants avec les clients. Les retours sur l’outil sont très positifs. Des professionnels issus de divers secteurs tels que l’automobile, le ferroviaire, le transport et la logistique adorent le cas d’emploi concret démontré par TWAREG. »

« Ce qui rend ce projet si spécial, c’est que GS1 n’est pas réellement un partenaire SAP, ni un client », a souligné Miliau Pape, Chef du SAP Co-Innovation Lab en Europe du Nord. « Travailler avec GS1 s’est avéré particulièrement intéressant pour nous en raison de la connexion entre toutes les parties impliquées dans le cycle de vie d’un pneu. Ensemble, nous pourrons intégrer les avis des clients et transformer le prototype en un produit sophistiqué qui répondra à leurs besoins et couvrira l’ensemble du cycle de vie d’un produit. »

A propos du SAP Co-Innovation Lab

Le SAP Co-Innovation Lab est un réseau mondial qui aide de potentiels partenaires SAP à exploiter leurs connaissances des solutions SAP autour d’un cas d’emploi hybride innovant à valeur ajoutée, et pose un cadre légal pour la réalisation du prototypage. Les partenaires potentiels peuvent ainsi avoir une première expérience d’une collaboration avec SAP. « La seule condition pour travailler avec le SAP Co-Innovation Lab, c’est d’être intéressé par SAP et d’être prêt à collaborer », affirme Miliau Pape..