Les Français favorables à l’utilisation des technologies pour lutter contre le COVID-19

Les principaux enseignements :

  • 7 Français sur 10 jugent que la France n’a pas suffisamment recours aux nouvelles technologies pour lutter contre
    l’épidémi
  • Caméras thermiques (79%), Big data (58%), traking (54%) voire même reconnaissance faciale (51%) : les Français estiment que le pays doit utiliser les outils numériques pour lutter contre l’épidémie
  • 62% des Français téléchargeraient et utiliseraient une application du type StopCovid
  • La technologie peut aussi être utile en matière de télémédecine et d’informations en temps réel

Point de vue de Christopher Bousigues, Directeur Business Technology Platform, SAP France :

69 % des Français jugent que la France n’a pas suffisamment recours aux nouvelles technologies pour lutter contre l’épidémie. 62% des Français téléchargeraient et utiliseraient une application du type StopCovid alors qu’il étaient 76% à se dire préoccupés par la collecte de leurs données en mai 2019. Cela démontre que lorsqu’il s’agit de leur sécurité et à partir du moment où ils ont le choix d’utiliser ou non la technologie, les français peuvent être ouvert à l’utilisation de leurs données.

Caméras thermiques (79%), Big data (58%), traking (54%) voire même reconnaissance faciale (51%) : les Français estiment que le pays doit utiliser les outils numériques pour lutter contre l’épidémie. Contrairement à l’Asie, la France a pris un sérieux retard quant à l’adoption de ces technologies, Aujourd’hui, chez SAP nous analysons les données issues d’objets connectés comme des drones, des robots, des caméras, pour aider un certain nombre de nos clients dans le pilotage de leur activité. En France, nous accompagnons par exemple un établissement de santé parisien dans la lutte contre le cancer via l’utilisation de l’IA et du big data. Nous proposons également nos solutions pour aider les équipes de soins intensifs dans la priorisation et la gestion des flux de patients. Il nous faut aujourd’hui aller au-delà de nos barrières culturelles et définir des cadres précis pour rattraper notre retards dans l’adoption de ces technologies.

Il n’est pas étonnant dans notre contexte actuel que 89 % des français estiment important de pouvoir contacter son médecin via la télémédecine. Il n’est pas surprenant non plus que les français considèrent comme important de disposer de la mise à jour des ouvertures des commerçants en temps réel et de pouvoir réserver des créneaux horaires auprès de des commerçants pour faire ses achats. Le secteur du retail a su s’adapter et doit désormais être capable de fournir une expérience digitale de proximité plus importante. Ceux qui ont misé sur cela sont aujourd’hui en train de capter une nouvelle clientèle. Les autres vont très certainement devoir repenser leur backend, rendre plus flexible leurs processus d’achats et digitaliser plus fortement leur supply chain.

72 % estiment comme prioritaire ou important d’être informé de manière plus systématique (mail sms, WhatsApp) par les institutions. Ils étaient en effet, 73 % le mois dernier à indiquer que le numérique peut améliorer le dialogue entre citoyens et élus locaux. Même si le secteur public et les institutions ont effectivement commencé leur digitalisation, les français appellent à plus de transparence et de démocratie. Nous déployons de plus en plus de technologies de type chatbots et d’enquête en ligne pour renforcer l’écoute et le dialogue avec les citoyens. Le secteur public a commencé à tester de nouveaux usages de la technologie. Il convient désormais d’accélérer l’adoption de ces technologies qui sont en train de démontrer leur efficacité.